La Course.....

Nous étions 17 participants dans ma catégorie : 7 étaient des femmes. Nous avions le choix, et pouvions faire le nombres de jour que l'on voulait. 

C’est durant le week-end que nous avons été le plus nombreux. Les participants de notre catégorie commençaient à 9h00 tous les matins, les femmes en catégorie compétition partaient à 9.30 et les hommes (catégorie compétition aussi) à 10h.  

Ma catégorie s’est vue attribuer les dossards bleus, les roses pour les femmes en compétition et les jaunes pour la compétition hommes.

Les 4 premiers jours ont été les plus longs avec plus de 40 km à parcourir par jour. Le dernier jour il nous restait une distance de 27 km à parcourir.

Le parcours était très beau même si parfois je ne voyais ques des roseaux et de l'eau pendant des kilomètres qui me paraissaient interminables. Mais il y avait aussi de très jolis villages, et de magnifiques moulins.

J'ai vu énormément de moulins. Des vaches nous regardaient passer, les canards faisaient un bout de "route" avec nous sur les canaux, sans oublier les moutons et quelque chèvres.

Il y avait des moments sur les canaux où je n'avais personne devant ni derrière et je m'inquiétais parfois d’avoir pris la mauvaise direction, et ça durait pendant plusieurs kilomètres.

J’étais contente de voir un ruban rouge et blanc de temps en temps, qui m'indiquait que finalement j'étais sur la bonne voie et parfois c'était des flèches qui nous montraient le chemin. C'était très calme, avec pour seul son celui de la pagaie qui passait dans l'eau, le vent et la pluie.  

Parfois des canards faisaient un bout de chemin avec moi, et des fois ils poussaient des cris, peut-être qu’ils en avaient marre que je les embête !

Je ne pouvais pas voir la profondeur des canaux, mais il n'y avait aucun déchet qui flottait.  J'ai croisé plusieurs pêcheurs sur mon chemin.

Il y avait un grand nombre de ponts, je me suis même couchée sur le ventre 3 fois pour pouvoir passer dessous.  Pour certains autres on pouvait rester debout, ou se baisser un peu ou plus.

Les Etapes....

Le 1er jour:   Leeuwarden à Sloten avec un pause déjeuner à Sneek.  On est parti avec le soleil mais ça n’a pas duré très longtemps.   Beaucoup de pluie et énormément de vent contre nous.  Pas un bon début pour le 1er jour mais on était loin de penser que le vent allait être pareil et pire parfois dans les jours à venir.  J'ai fait du 5 km/heure en moyenne. L'eau n’était pas froide du tout et la température de l'air à 18°. Le vent  était entre 30 à 40 nœuds.

 Le 2ème jour:  Sloten à  Workum – 46.4km.   La température de l'air a baissé - 15 degrés, beaucoup de pluie et énormément de vent.  La température était de 13° à la pause déjeuner. J'ai fait du 5.7km / h en moyenne. J'avais de la compagnie tout le long pour l'après-midi, c'était sympa.

 Le 3ème jour:   Workum à  Franker . Je n'ai pas fait la course, mais j'espérai la faire après la pause déjeuner, mais cela n'allait  pas se faire.  La météo était au pire, et ils pensaient même que la course pouvait être arrêtée à tout moment l'après-midi.  Ca ma fait beaucoup de bien d'avoir cette journée de repos et surtout ne pas prendre de produit énergisant. Ce qui ma permit de passer une très bonne nuit et de pouvoir dormir, enfin ! Le lendemain je me suis senti toute neuve !

 Le 4ème jour:   Franeker à Dokkum. 14 degrés. – pluie et vent.  2 écluses à passer ! Arrivée à Dokkum où il y avait la fête foraine, de la musique et des centaines de personnes. 

 et le 5ème jour on a quitté Dokkum pour retourner à Leeuwarden.   27km.   Pause déjeuner à plus de la moitié du parcours (10 minutes de pause car personne ne chronométrait). 

Après plus que  8 km jusqu'à la ligne d'arrivée.  Je suis arrivée à Leeuwarden après avoir fait mes  27 km en 5 heures et 10 minutes. Une petite journée mais heureusement que l'adrénaline était là pour m'aider à finir.

Malheureusement je me suis beaucoup entraînée sur des eaux calmes, car je ne voyais pas les canaux aussi déchaînés !  Les mauvaises conditions m’ont poussé à faire une partie du parcours debout et une autre assise.  Je n'étais pas heureuse de cela mais je n'ai pas eu le choix. Je ne me souviens plus quel jour mais j'ai même enlevé la prothèse pour continuer assise au vue des conditions sur l'eau : je savais que je n'allais plus pouvoir me redresser. Le dernier jour je suis partie  sans la prothèse !

J'ai fait de belles rencontres pendant cette semaine.

 

 

Maintenant je sais à quoi m'attendre même si en 7 ans que la course existe, c'était la première fois que les conditions étaient si mauvaises.

Maintenant, je vais reprendre mes entraînements, différemment, afin de pouvoir repartir pour la 8ème édition au mois de Septembre 2016.